Archive | janvier 2013

Technique: 39v (projection de hanche)

SOURCE

39v

Item So du mit ainem ringst in langen armen so prich im auß mit deinem rechten armen vnd gee ein weil vmb mit im vnd zeuch in starck hin vnd her vnd vrbering so ker dich vor im vmb vnd zeuch im denn rechten armen auß dein rechte agssel vnd greiff zw mit deiner rechten hant im voren in das glenck als hie gemalt stett vnd würff in also das get auf paiden seitten

Item, si tu luttes avec untel aux bras [langen armen = distance intermédiaire entre l’approche et la lutte aux bras ou simplement un adversaire avec de grands bras?], alors libère toi de ta main droite, va alentour avec lui et pousse le fortement de tous côtés. Alors retourne-toi devant lui et tire son bras droit à ton épaule droite [aisselle dans le texte, je pense qu’il s’agit de la zone de l’aisselle] et agrippe le [le bras] avec ta main droite vers l’avant au poignet comme il est dessiné ici et projette le. Ceci se fait des deux cotés.

INTERPRÉTATION

Cette pièce ressemble au seoi nage du judo ou à un hanché de lutte.

Elle fonctionne bien contre un adversaire qui presse vers soi. On va venir s’effacer et le faire basculer par dessus nos hanches. Également, la pièce fonctionne bien si l’adversaire ouvre ses hanches ou se redresse en laissant trainer un bras dans lequel on pourra s’enrouler (une idée d’enchainement: j’attaque en 18v, l’adversaire recule sa jambe pour contrer la pièce, j’enchaine en 39v).

Pour faciliter la libération du bras droit, on peut se tenir bras gauche à l’extérieur, bras droit à l’intérieur ou partir d’une position avec les deux bras sur un seul comme dans la technique du folio 45v (position dans laquelle on se retrouve après un 18v manqué).

Dans le même temps:

  • Faire glisser notre main gauche jusqu’au poignet droit de l’adversaire, par l’intérieur (pour cela inverser la main),
  • Venir avec notre bras droit sous son bras droit,
  • Se retourner pour se tenir dos à ventre, notre centre d’équilibre sous le sien (on a les genoux pliés et le dos droit),
  • Caler notre épaule droite sous son aisselle droite (dans la mesure où l’on se tient sous lui, il doit déjà y avoir un petit déséquilibre vers l’avant pour votre adversaire). Avec ce mouvement votre épaule va souvent appuyer sur le nerf qui se trouve sous le biceps, soyez donc prudent avec vos partenaires d’entrainement…on peut poser le bras plus prés du cou, sur le trapèze par exemple.

Une fois en position, immédiatement faire un pas avec la jambe droite, celle du coté du bras qui est tenu, se pencher en avant et faire une petite rotation du buste. Le fait de faire un pas et de se pencher en avant (juste ce qu’il faut) déséquilibre l’adversaire, la rotation du buste le fait chuter.

Cette finalisation de la pièce est ressortie du croisement du texte et de l’image. Au départ, nous avions du mal à comprendre la position des jambes dans l’illustration et cette interprétation nous a semblé pertinente. Il s’agit en quelque sorte d’un intermédiaire entre le canon du seoi nage en judo où l’on vient tendre les jambes au lieu de faire un pas (à relativiser: on m’a dit qu’en randori ou en compétition le seoi nage se faisait souvent avec un pas) et la version où l’on vient planter son épaule au sol, plus ou moins loin de soi, comme on peut le voir en lutte libre et en grappling par ex.. Le pas vers l’avant est vu comme un décalage du poids de son corps vers l’avant à partir d’une position genoux pliés, le pied venant naturellement se poser pour nous éviter de tomber.

On trouve des variantes de cette pièce avec l’autre jambe devant dans d’autres sources médiévales allemandes (la série Die Blume des Kamfes, folio 96r du codex 10779 ou 190r-d du Cod.5278 par ex.). Plutôt que de se focaliser sur la position de la jambe avancée, il faut porter son attention sur le principe qui consiste à faire venir notre centre de gravité sous celui de son adversaire pour le déséquilibrer avant la chute qui se fera vers l’avant, quelque soit la façon dont on l’y amène.

A mon sens il doit exister de nombreuses variantes qui respectent les principes de la pièce. Nous montrons quelques unes dans la vidéo:

  • Passage 1 et 2: l’interprétation expliquée ici dans laquelle la chute se fait avec le pas en avant.
  • Passage 3 et 4: variante, toujours avec un décalage du poids vers l’avant mais sans pas.
  • Passage 5 et 6: sur un adversaire qui avance vers soi, on se retourne en faisant un barrage avec une jambe, on vient sous le centre de gravité de l’adversaire et on le fait tomber en faisant monter les hanches grâce à une extension des jambes, le fait de se pencher en avant et une rotation du buste.
  • Passage 7: l’enchainement décrit plus haut: tentative de 18v puis 39v.

Une interprétation que nous n’avons pas travaillée consisterai à faire passer les deux hanches de l’autre coté de l’adversaire, comme semble le suggérer l’image du manuscrit. C’est à dire qu’au lieu de porter l’adversaire sur sa hanche droite (si l’on tourne à l’intérieur de son bras droit), on le ferait avec la hanche gauche. A essayer.

Bonne pratique,

Alexander